5 ans d’expatriations Londoniennes

I’m seeing the word like a child who already knows it no longer is

En octobre 2015 je posais mes valises à Kensington, dans l'ouest Londonien fraîchement arrivé de Bretagne. En effet, en rentrant de mon séjour en amoureux dans la capitale romaine fin aout, je m'étais pris d'affection pour l'aventure. Mon contrat de graphiste était terminé, mon copain qui avait sa dernière année d'école d'art à finaliser. Le champ des possibilités était considérable même s'il ne le semble pas toujours à première vue.

Maitriser l'anglais pour ma carrière pro, la raison que je donnais souvent, celle qui rassure la famille et les proches. Mais au fond j'avais vraiment besoin d'un nouveau départ. Vous savez, quand vous sentez que rien n'avance dans votre vie. Par contre les personnes autour de vous, elles, elles évoluent. Parfois, pas en même temps que vous. Eh bien il faut souvent avancer autrement et pas forcément dans la même direction.

Je me rappelle même dire à ma mère avant de partir "t'inquiètes, c'est juste pour quelques mois maman, et je reviens !" Pour être honnête, je me suis un peu sentis mal sur le coup, est-ce que je l'abandonnais? Surtout qu'elle traversait un moment de sa vie assez difficile avec le divorce de l'année précédente. J'avais l'impression qu'elle pouvait compter que sur moi et que je devais être là pour elle. Mais finalement avec le recul, c'était mieux pour nous deux. On a trouvé notre voie indépendamment.

Mon copain m'a rejoint l'année d'après, on a trouvé du travail dans notre domaine, une coloc. On a évolué à notre rythme et après 8 ans de relation j'ai l'impression que c'est encore mieux qu'avant entre nous. On a trouvé un certain équilibre. À l'heure où j'écris cet article en tout cas haha.

French, London UK, outfit, blogger, expat
French, London UK, outfit, blogger, expat

C'est donc comme ça que tout a commencé, 5 ans auparavant, alternant cours d'anglais/dessin et m'occupant des enfants la semaine. Puis le weekend c'était les meilleurs moments, je pouvais être qui je voulais. C'était amusant, comme un changement de tenue je m'adaptais, dans les soirées, toutes classes sociales confondues et c'était assez drôle! Pleins de rencontres, de visions différentes sur le monde. Des gens que tu croises qu'une fois dans ta vie certes mais qui change ton champ des possibilités pour toujours. Je pouvais être qui je voulais, alors pourquoi ne pas enfin être qui je suis vraiment? C'est pour ça que la fameuse question de "quand est-ce que tu rentres?" reste très mystérieuse lorsqu'on sait qu'on ne veut pas faire marche arrière.

Balance your sense of possibility with a healthy sense of limitation

Cette année, l'année des 5 ans à Londres, 2020. Une très belle année encore malgré tout pour moi sur le plan créatif et pro. Mais surtout, on a enfin notre appart londonien juste pour nous, comme nos colocs ont déménagé juste avant le lockdown à Manchester. Eh bien, ça change pas mal de choses. Ça fait 3 ans qu'on vit dans le quartier d'Ealing et on y apprécie la vie de quartier, les parcs à deux pas de chez nous, notre farmer market, le fromager (vive la raclette) et même mon coiffeur Breton ! Puis la proximité de central London avec le métro à seulement 2 min à pied. C'est assez pratique, le quartier est jolie et on s'y plaît plutôt bien.

Cette 5ème année était plutôt dans l'introspection, pour ne m'en déplaire. Finalement je sais où je vais et pourquoi j'y vais. J'ai ainsi trouvé une stabilité dans ma vie en général grâce à ce ralentissement mondial. Hâte de découvrir notre 6ème année d'expatriation accompagnée de ce fameux Brexit.

By
3

3 Comments

  • Alice

    Hello Kelly,
    Toujours un plaisir d’avoir de tes nouvelles ! Bravo pour ton nouvel appart, ça doit vous changer de ne plus avoir de colocs ! Et pleins de bonnes choses pour la suite

    25 octobre 2020 at 15 h 07 min Reply
    • Kelly

      Malgré que je pensais partager beaucoup de choses je me rend compte que l’essentiel n’étais pas forcément abordé, on est tranquille maintenant en tout cas ❤️

      25 octobre 2020 at 19 h 03 min Reply
  • Amandine

    Ton texte a quelque chose de poétique, je l’ai vraiment apprécié ♥ Certaines personnes disent (les mauvaises langues) que partir c’est fuir ses problèmes alors que selon moi c’est plutôt l’inverse, c’est se mettre dans une situation inconfortable pour grandir, apprendre à évoluer par soi-même et finalement trouver sa voie. J’ai adoré suivre tes aventures à Londres et c’est encore plus cool de t’avoir pour amie là-bas, car je vois ton évolution et franchement tu peux être fière de toi, en tout cas moi je le suis. You’re killing it!

    1 novembre 2020 at 13 h 39 min Reply
  • Leave a Reply